Autopsie d’une truite

18,00 

Autopsie d’une truite

18,00 

(2011)
Philippe KOEBERLE – Nicolas ROBERT
Prix des médiathèques de la Savoureuse 2014.

Un polar dont l’action se situe dans la nature sauvage d’une vallée perdue des montagnes du Jura. Un homme, Séverin Menigoz, un homme au passé compliqué et au présent incertain retrouve par hasard la vallée de son enfance et est entrainé dans une enquête qui va lui permettre de retrouver ses racines. Le douloureux retour aux sources d’un homme blessé et une plongée dans une intrigue palpitante basée sur des faits bien réels.

Broché, 358 pages
Date de parution : 6 mai 2011
Collection : Polar et nature
Langue : Français
Dimensions du produit : 19 x 12,8 x 2,4 cm

Extrait

 Autopsie d’une truite

Philippe Koeberlé – Nicolas ROBERT

        Le jour filtra à travers le vieux volet de bois et projeta une petite tache lumineuse sur le visage de la jeune fille endormie. Elle cligna des yeux et tourna doucement la tête. La chambre s’éclairait imperceptiblement. Elle se dressa brusquement sur ses coudes. Elle avait le visage fatigué et les traits tirés. Elle se leva rapidement, ouvrit les volets, marqua un temps d’arrêt devant les grands plateaux du Haut-Doubs qui s’étendaient à perte de vue, ponctués çà et là par les taches vert profond des forêts. Elle se retourna comme à regret et se dirigea vers l’imposante robe de mariée, prête pour la cérémonie, dressée sur un mannequin sans tête. Elle fixa un instant cette absence puis entreprit de s’habiller, en prenant son temps, ajustant méticuleusement chaque bouton, chaque lacet et lorsqu’elle eut fini, elle resta de longues minutes immobile devant le grand miroir en chêne installé là pour l’occasion. La robe soulignait ses formes généreuses et harmonieuses, ses longs cheveux châtains tombaient en désordre sur ses épaules. Le blanc de la robe illuminé par le soleil était éblouissant. Elle pensa à la neige fraîchement tombée, presque mousseuse, au paysage immobile et silencieux des hivers ensoleillés. Elle secoua la tête, attrapa ses cheveux, les tira en arrière et noua rapidement une queue de cheval. Elle ramassa les fins escarpins blancs et traversa pieds nus la maison endormie sans faire craquer les vieux planchers de sapin. Elle sortit dans la grange par la porte latérale de la cuisine, ouvrit un vieux coffre en bois couvert de poussière et prit une corde soigneusement enroulée, terminée par un nœud coulant. Elle grimpa maladroitement à une échelle, gênée par sa robe qui se constellait de petits fétus de paille et de foin. Arrivée dans le grenier elle gravit une autre échelle qui la conduisit sur le perchis, avança prudemment sur les planches mal jointes jusqu’à son extrémité, s’assit sur la dernière poutre et posa les escarpins dessus. Elle observa sans bouger pendant quelques minutes le sol de la grange, presque dix mètres plus bas. Elle attacha solidement l’extrémité libre de la corde à la poutre. Une chatte grise surgie de l’ombre s’approcha d’elle la queue dressée et les yeux mi-clos. Elle la regarda et lui caressa la tête, la chatte ronronna en se frottant contre cette main dont elle connaissait si bien l’odeur et la douceur.

« Dis-lui que je le hais et que je le maudis. »

Elle ouvrit la boucle de la corde, passa presque brutalement la tête dedans, serra le nœud sur son cou et se laissa tomber dans le vide sans un cri.

Les deux escarpins blancs étaient sur la poutre, la chatte avait disparu.

 

Revue de presse

logo_lest_republicain_2010
21 septembre 2011
« Une intrigue ciselée. Un polar dense et intense au style vif et maîtrisé. Le tempo va crescendo, tenant le lecteur en haleine au fil d’une intrigue palpitante. »

 


 

cestadire
1 juin 2011
« Les deux bisontins possèdent une plume virevoltante, entraînante. Difficile de lâcher une ligne, tant l’intrigue est palpitante. »

 

 


 

 

lemonde
Mars 2014
Entre paysage karstique et proximité de la Suisse, le lecteur est plongé en Franche-Comté. Un policier à l’ambiance bien rendue. Un excellent polar !

 

 


 

 

logo-xxi
Mai 2012
« Véritable roman initiatique dans lequel le héros revient sur les terres de son enfance dont il avait été banni, Autopsie d’une truite est un très bel hommage à la nature et à ses droits, dans lequel la vie retrouve du sens. Cette lecture est une véritable découverte. J’attends la suite avec impatience ».

 


 

pays-comtois
Mars 2012
« La force du récit réside dans l’habileté du scénario, la fluidité et la qualité de l’écriture, ainsi que le rôle à part entière de la nature, tour à tour menaçante et protectrice, révélateur cruel des travers humains »

 


 

bvv
Décembre 2011
« Un roman qui se dévore d’une seule traite. Tous les ingrédients du polar réussi sont rassemblés. A déguster avec « du comté et un clavelin de vin jaune ». Vivement la suite ! »

 


 

pechesportive
Octobre 2011
« Au-delà de l’intrigue captivante et du style précis, d’un scénario bien ficelé, Autopsie d’une truite traduit une très bonne observation des gens de la vallée du Dessoubre. »

 

 


 

planete-carnassiers-logo

Séverin Menigoz s’engage dans une enquête qui s’avère haletante pour le lecteur. On ne s’ennuie jamais à la lecture de ce polar écrit par Philippe Koeberlé et Nicolas Robert qui sont eux aussi des enfants de cette région.

L'auteur

pk_pays_de_galles_2012

Philippe Koeberlé, né en 1957 à Paris, vit à Besançon, est médecin anesthésiste-réanimateur. Passionné de nature et de pêche à la mouche, il est très impliqué dans la protection et la sauvegarde des rivières de sa région Ses polars, souvent basés sur des faits réels, immergés dans une nature qu’il connait parfaitement rencontrent un vif succès auprès de lecteurs toujours plus nombreux.


avt_nicolas-robert_3671

Nicolas Robert, né à Besançon, est scénariste pour le cinéma et la télévision. Il est également l’auteur de “Une petite Colombe Noire”, un polar paru en 2010.